Poda, allias Perrine Manaut. Créatrice de sculpture en terre cuite.

Poda, d’où vient ce nom?

poda poisson d'argile- céramiste d'Ariège- sculptures en terre cuite

‘Poda’, est devenu mon nom d’artiste, il me résume, c’est l’abréviation de POisson D’Argile, que j’avais choisi comme signature dans mon enfance, jeu des contradictoires entre le poisson qui se meut sans interruption et une sculpture en argile qui est fixe, en apparences!

Le monde sous-marin que j’explore en plongée ou en apnée me fascine.
La perfection des formes et des couleurs que peuvent revêtir les animaux marins me subjugue, j’ai parfois rêvé, je l’avoue, d’être une des leur!

Et l’Argile, le modelage, le rapport à la terre, c’est une passion que j’ai connue bien jeune et qui ne m’a plus quittée.

Comment puiser l’inspiration pour créer des sculptures:

Depuis mon enfance le modelage de la terre est devenu mon langage privilégié, mon meilleur moyen d’expression.

Avec une imagination débordante, les idées de formes nouvelles, de personnages expressifs, d’animaux fabuleux, se bousculent chaque jour dans mon esprit, avec en ligne directive le désir de faire émaner la vie de chacune des mes sculptures.

C’est en  randonnant en haute montagne dans les Pyrénées que je me régénère, au fil des heures de marche devant les paysages vertigineux me viennent des images de sculptures abouties.

Et puis, un regard toujours plein d’intérêt pour tout ce qui existe me permet d’être inspirée au quotidien, la musique m’est indispensable, elle sait parfois être envoutante, je la recherche plutôt mélancolique.

Yom, le clarinettiste et ‘son rêve de l’enfant’, ou ‘froid’, de Laura Cahen par exemple, savent m’emporter et pendant que mon esprit s’évade mes mains modèlent l’argile de manière bien plus assurée.

Une phrase à méditer, une biche croisée en bon augure le matin avant d’arriver à l’atelier, font bon effet aussi, ces jours là, j’attaque le travail en silence tout en méditant.

Les rencontres avec d’autres artistes sont indispensables, comme autant de mondes à découvrir.

En Ariège, des liens se tissent entre céramistes, des rencontres autour de grandes fournées chez David Quéron et son four à bois à Massat.

Une amitié et des réflexions sur nos techniques de travail avec Julie Frilley qui utilise le grès de Bollène depuis plusieurs années

Il faut que j’aille rencontrer Toshihisa le céramiste Japonais, découvert dans la revue de la céramique, son travail plein de sensibilité m’appelle!

Mes techniques de modelage et de décors de la terre

Photo d'Atelier 2013: tous les temples rassemblés, bruts, avant coloration et cuisson.
Les temples en terre crue

Le métier de céramiste comporte selon moi deux savoirs-faire: celui du modelage de l’argile puis son décor.

Certaines de mes sculptures sont empruntes d’architecture, je dessine, coupe, colle les plaques de terre, des temples s’érigent en nombre, chacun, pièce unique détenant ses secrets.

D’autres se laissent modeler au fil de mes inspirations ou d’après des esquisses au crayon , en terre noire, en terre blanche, en terre ocre.

J’ai d’abord appris à dessiner, à peindre, à donner libre cours à ma créativité auprès de ma mère artiste peintre.

J’ai appris à regarder le monde et à composer les images avec mon père photographe.

Au collège, les cours d’arts plastiques enseignés par Mr Le Tallec furent révélateurs,  à cette époque j’ai compris que ma technique de prédilection serait le modelage de la terre.

Depuis les années 2007, lors de ma formation à l’école de céramique d’Aubagne, j’ai découvert la terre de Bollène qui est dans son emploi premier destinée à la fabrication de briques dans l’entreprise familiale de Valuy.

Cette terre a su me séduire par sa plasticité et sa robustesse,  elle est ma favorite.

Après 10 ans d’apprivoisement, je sais précisément quelles formes je peux lui imposer, elle est donc idéale pour les commandes.

Mon parcours de formation:

Formation  continue en Arts plastiques, (auprès de ma mère plasticienne Hélène Py et de mon père photographe).

Bac. littéraire option Arts-Plastiques, (lycée Gabriel Faurée, Foix, 09).
DEUG sciences du langage, (Université du Mirail, Toulouse, 31).
CAP décors en céramique, (école de céramique d’Aubagne, 13).
Stage de Raku avec Dominique Bajard, (Lyon,69).
Initiation au tournage  (école d’Aubagne et stage chez les potières Marie Debrosse et Laurence Thomas-Mas d’Azil-09)
Formation 2019 au transfert de l’image sur céramique crue –Atelier le Cube

Et toujours des rencontres et des échanges enrichissants entre céramistes.